ANR NSC

Vous êtes ici

Objectifs

Basé sur des approches comparatives, le projet NEMO à pour but d’explorer l’évolution des systèmes endocriniens et leur rôle dans la régulation et la plasticité des cycles biologiques et la reproduction d’animaux modèles non conventionnels d’intérêt phylogénétique, écologique et économique.
Cinq animaux modèles ont été choisis : des poissons téléostéens (les anguilles européenne et japonaise, Anguilla anguilla et A. Japonica, respectivement), deux mollusques (l’huître Crassostrea gigas et la seiche Sepia officinalis) et une espèce de cnidaire (le corail Euphyllia ancora). Ils sont représentatifs de la diversité dans les traits de vie, avec trois espèces montrant un comportement migrateur spécifique et deux espèces sessiles aux mécanismes alimentaires différents. Ils sont également situés à une position phylogénétique clé dans l’arbre évolutif des Métazoaires. Les cnidaires sont à la racine de cet arbre, avec un ancêtre présent avant l’émergence des bilatériens. Les mollusques appartiennent aux lophotrochozoaires, un clade important des Protostomiens, et qui, à la différence de son clade frère, les ecdysozoaires (incluant les nématodes et les arthropodes) reste peu documenté en données physiologiques et génomiques. L’anguille, poisson téléostéen, et représentative du groupe basal des téléostéens (Elopomorphes), constitue un bon modèle pour étudier l’impact de la troisième duplication sur la diversité et la fonction des gènes chez les espèces actuelles de téléostéens. L’ensemble de ces organismes sont des espèces connues pour être sensibles aux variations environnementales et devraient être considérées comme des espèces sentinelles pour étudier l’influence des changements globaux sur la physiologie des animaux. Elles sont également des ressources économiques importantes dans l’activité de pêche et/ou l’aquaculture.
 
 Le projet NEMO devrait pouvoir répondre aux questions suivantes :

  • Quel est le degré de diversité des composants de la voie de signalisation neuro-endocrine, neuropeptides et récepteurs couplés aux protéines G (RCPG) chez les métazoaires ?
  • Quel est le répertoire ancestral de neuropeptides et RCPG partagés par les eumétazoaires ?
  • Les neuropeptides ou les RCPG avec des séquences similaires sont-ils de vrais orthologues ?
  • Est-ce que les neuropeptides et les RCPGs orthologues montrent des patterns d’expression spatiotemporelle similaires ou dépendant de stimuli et de l’environnement ?
  • Les composants neuroendocrine orthologues sont-ils impliqués dans la régulation de processus physiologiques similaires ?
  • Les neuropeptides orthologues activent-ils leur récepteur apparenté avec des mécanismes distincts ?
  • Les neuropeptides avec peu de similitudes de séquences peuvent-ils être considérés comme des orthologues fonctionnels ? Peuvent-ils adopter une structure 3D analogue ?
  • Comment les inducteurs environnementaux affectent-ils l’expression de neuropeptides et RCPGs chez les espèces marines ? Quels peuvent être les conséquences biologiques de ces changements ?